NOS ACTUALITÉS
Compilation des revues apicoles Info-Reines, N°69 au N°84. Découvrez la gestion de nuclei, la sélection des reines d’abeilles, les ruches basse consommation, le greffage, etc.

Techniques de sélection de lignées résistantes au varroa et aux maladies

Il est possible de sélectionner dans son cheptel apicole des lignées résistantes au varroa, grâce à des tests faciles et peu coûteux, et sans prendre des risques énormes.

Exemple sur l’exploitation de John Kefuss (publié en 2008 dans Info-Reines n°84 – À retrouver dans le Tome V d’Info-Reines).


A l’arrivée du varroa, en 1982, John traite ses ruches, comme tout le monde.

Entre 1983 et 1991, il effectue des tests de produits chimiques avec l’école vétérinaire de Toulouse et avec le Tierhygienisches Institut à Freiburg (Allemagne).

Durant ces années, John comprend que ce n’est pas une solution durable : apparition de résistances aux produits de traitements, effets négatifs sur les colonies et discrédit de la position de la profession à l’encontre des traitements agricoles.

En 1993 le Rucher d’Oc commence des tests avec des abeilles provenant de différentes régions du monde, et pour lesquelles il avait été démontré une certaine résistance à varroa.

Parmi les origines testées, il y a eu :

  • des abeilles d’Uruguay, qui n’ont pas présenté de résistance supérieure à celle du rucher,
  • les abeilles Intermissa de Tunisie, qui elles, étaient nettement plus résistantes,
  • les abeilles Primorsky de Russie, testées aux USA puis en Allemagne (avec un transit par le Rucher d’Oc en France pour faciliter l’importation).

Les filles FI, issues du croisement entre les Intermissa tunisiennes et les abeilles locales par fécondations naturelles, montraient une bonne résistance. Elles étaient parmi les mieux classées lors des tests comparatifs effectués à l’étranger. Ces tests ont permis de valider l’hypothèse qu’il existait une solution génétique à la lutte contre le varroa.

En 1999, le Rucher d’Oc arrête tout traitement dans ses ruchers.

Les tests de sélection

Les tests effectués sont comparatifs. Ils servent à repérer les lignées les meilleures.

Les tests ne sont pas effectués sur les colonies qui présentent des faiblesses rédhibitoires (productivité insuffisante, mycoses …).

1 – Le test Hygiénique = test H

Objectif : repérer les colonies qui nettoient correctement les couvains déficients.

Découper des morceaux de couvain operculé de 5cm x 5cm, et les congeler. On place ces échantillons congelés dans le nid à couvain des souches à tester.

Estimation des cellules nettoyées : le premier contrôle s’effectue à 24 h, le second à 48 h.

Les colonies qui ont nettoyé tout l’échantillon en 48 h sont considérées comme hygiéniques. On a constaté en 2008 que les colonies qui ont nettoyé plus de 68 % du couvain en 24 h, se sont classées hygiéniques (l00 %) lors de la lecture à 48 h.

Important : La valeur d’une colonie n’est pas intéressante dans l’absolu. Elle peut varier en cours de la saison pour une même colonie. C’est le classement des ruches entre elles qui importe.

N.B. : Le test s’effectue hors miellée.

2.    Le test de comptage des varroas dans les cellules de couvain = test C

Objectif : évaluer le taux de varroas en reproduction dans le couvain.

Découper des morceaux de couvain prêt à naître (stade nymphes aux yeux bruns) de 5 cm x 5 cm, et les congeler.

– Pourquoi utiliser du couvain prêt à naître ? Parce qu’il faut un couvain développé, dans lequel les varroas ont eu le temps de se reproduire.

Méthodologie :

Il faut ouvrir 100 cellules operculées par morceau de couvain. Les nymphes sont retirées avec une pince. Il faut ensuite trier les varroas adultes (marron foncé), les filles (plus claires) et les immatures (carapace blanche). Les varroas immatures meurent à l’émergence de la jeune abeille.

Le couvain congelé permet d’effectuer les comptages en période plus calme.

Feuille de notations : 3 cases correspondent à une cellule de couvain,

  • Case 1 = nombre de varroas matures,
  • Case 2 = nombre de filles fiables,
  • Case 3 = nombre d’immatures. Si absence de varroa : valeur 0. Les données sont ensuite saisies sur l’ordinateur.

Quand vous trouvez moins de 5 varroas pour cent cellules, on considère que le seuil d’infestation est bas. L’année suivante la colonie devrait se développer normalement. En comparant les résultats sur plusieurs années, le Rucher d’Oc observe une diminution significative et régulière du taux de varroas en reproduction.

Article rédigé par J.F. Mallein.


Pour découvrir et comprendre les différents tests de comptage des varroas sur les abeilles,
commandez le Tome V d’Info-Reines.

PARTAGEZ CET ARTICLE

ARTICLES RÉCENTS

catégories

ARCHIVES